Introduction.

.Introduction. 

La Firme.................

aout......2022.

Cette nouvelle contine est dédiée à mes anciens camarades .......

Cette  écriture, suite logique de la  vie simple , écrite dans ce premier confinement monstrueux de solitude obligatoire, par un pouvoir totalitairene sachant plus quoi faire , raconte une histoire d'entreprise française, de surcroit basée en terre Bretonne, la véritable terre de mes ancêtres .Je ne dis pas qu’un jour j’y revienne redécouvrir cette forêt de Brocéliande avec ses arbres maintenant brulés ,calcinés par la pire sécheresse que Breizh n’ai jamais connu. Quelle tristesse de voir tous ces magiques forêts partir en fumée, au secours !! Merlin ,toi l’Enchanteur de ma jeunesse !! reviens-nous............. nous redonner un peu d’espoir !. . En espérant que l’arbre d’or est survécu à ce massacre peut-être ? organisé par d’abjects types. Que faire ?.sinon découvrir l’ampleur du désastre ?..........

Cette institution presque centenaire , composée d’environ ,à cette époque !  250 collaborateurs tantôt admiratifs ou chafoins pour certains d'entre eux!, tantôt récalcitrants à la politique à suivre , seront , sans vraiement  s’en rendre compte , de véritables et vrais acteurs de théâtre, mais c'est le cas dans la vie de tous les jours,y compris mes charmants amis syndicalistes mine de rien!se régalant au passage de la bonne fortune des affaires qui se tramaient dans leurs dos bossus ,tellement ces authentiques compères à Monsieur Krasucki se pliaient devant la réalité des affaires. Tous ces comédiens , à leurs corps défendants , j'en ai , bien sûr ! modifié les noms ,les prénoms authentiques pour les remplacer par des surnoms fantaisistes adaptés à ma guise tout le long de cette narration qui vas encore me prendre un temps de dingue . Ils en seront mes compagnons de route tous les jours de ma vie très active durant trente-cinq années .J'en aurais gros sur la patate le jour de la séparation , ce fameux départ à la retraite .Bien sûr ,que tout le monde des travailleurs cadres comme ouvriers, espère la  toucher un jour mais ! ils nous faut bien la préparer pour rentrer dans cet autre monde. J'y pense encore de temps en temps , me remémore ces souvenirs devenus fugaces dans ma mémoire . Il me faudra ! au moment de partir ,au moins six bons mois pour me décharger de toute cette formidable adrénaline accumulée durant toutes ces années .A ce jour, j’ai définitivement tourné cette page , oublié même les numéros de portables, signe que quelque chose se passe dans la tête d’un homme ou d’un femme normale parti voir ailleurs. Personnellement , j'ai vécu , et gratté du papier , plus de trois décennies dans cette firme réellement et finalement accueillante , gravissant petit à petit les échelons proposés , pour m'installer définitivement dans le bureau numéro quatre, refait à neuf tous les dix ans, au frais d’indispensables actionnaires. Cette histoire approximativement satirique n'est que le reflet de la vie dans ces microcosmes de ventes livrées ou à emporter , créant au fil du temps , jour après jours, année après année de la richesse partagée par toutes et tous .Cette généreuse abondance gratifiante, est élaborée avec le plus grand soin par de solitaires travailleurs de l'ombre , pour satisfaire la multitude d'épargnants sur cette planète débordante d'argent. Bien sûr ! comme le dicton le répète à l'envie , l'argent ne fait pas le bonheur , mais ici , dans ces casernes à fabriquer de la richesse , une multitude de moines y fabrique la magnificence de cette société. Enfin ! c'est ce que je crois personnellement. Durant toutes ces années , je n'ai pas fait partie de ces syndicats mirobolants, mais j'ai participé à l'aventure dans ce capitaliste monstrueux, mais si nécessaire à l'épanouissement intellectuel .

Bonne lecture à toutes et à tous.

A suivre sur le blog.

Jean Decier...............................

Partagez cette page